Pour les patients et les associations

Patients étrangers

Beaucoup de Centres de référence se sont organisés pour accueillir, ou renseigner à distance, la patientèle étrangère. Une partie de cette activité est d’ailleurs comptabilisée dans les statistiques type CEMARA. Les mécanismes de valorisation financière de cette activité de recours à distance (télémédecine) au sein de la comptabilité hospitalière sont mal connus des équipes et/ou parfois difficilement applicables (lorsqu’il s’agit de ressortissants de pays non solvables ou tout idée de recouvrement de factures parait bien illusoire).

Rappelons enfin que plusieurs institutions sanitaires françaises, tant publiques que privées, réfléchissent à l’implantation de ‘succursales’ à l’étranger depuis que la loi (en l’occurrence, la loi Macron) le permet. C’est le cas notamment pour le Moyen-Orient où la concurrence sera rude avec les pays anglo-saxons déjà solidement implantés. Dans le contexte spécifique des maladies rares et celui, particulier, des maladies neuromusculaires, de tels projets pourraient avoir du sens.